Conférence ministérielle à la Commission européenne « Eradication de la peste porcine africaine »

Conférence ministérielle à la Commission européenne
Le ministre de l'Agriculture Romain Schneider
©European Union

Le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, Romain Schneider, a participé à la conférence ministérielle organisée par la Commission européenne au sujet de la peste porcine africaine en Europe qui a eu lieu ce mercredi 19 décembre 2018 à Bruxelles.

Les Ministres européens ont eu un échange de vue sur la communication de la Commission européenne intitulée : « Eradication de la peste porcine africaine et gestion de la population de sangliers à long terme ».

Prévention - contrôle - éradication

Prévention - contrôle - éradication sont les maîtres mots de la Commission européenne dans la lutte contre la Peste Porcine Africaine (PPA). Le commissaire chargé de la santé et de la sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, a fait un appel aux Etats membres d’en faire une priorité absolue compte tenu du risque énorme que représente ce fléau de santé animale pour le secteur agricole.
Il est recommandé aux Etats membres de renforcer la coopération et la coordination entre les différents acteurs concernés. La Commission européenne préconise, en outre, d’établir une stratégie de gestion à long terme de la population de sangliers qui nécessite une réduction drastique.

Le ministre Romain Schneider n’a pu que soutenir ces propositions tout en soulignant que ces mesures sont préconisées au niveau national.
Dans ce contexte, le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural a tenu à rappeler qu’en tant que pays non-infecté, nous sommes très vigilants et notre phase préventive a encore été intensifiée depuis la découverte à la mi-septembre du premier cas de PPA chez un sanglier dans la Province de Luxembourg à quelques dizaines de kilomètres de notre frontière.

Niveau national: Task Force avec les parties prenantes

Romain Schneider a également précisé qu’au niveau national, une Task force PPA a été mise en place dès le début de l’année afin de réunir non seulement les Ministères de l’Agriculture et de l’Environnement et leurs administrations concernées, mais également toutes les parties prenantes touchées par cette maladie tel que le secteur porcin, les chasseurs, les transporteurs, les abattoirs et d’autres acteurs de la filière viande porcine, les firmes d’aliments pour animaux et les représentants des propriétaires de forêts. Cette Task Force s’est réunie une première fois au mois de février et ses travaux se sont intensifiés depuis le mois de septembre.
Lors de ces réunions d’informations les mots d’ordres étaient une réduction significative de la population des sangliers ainsi que l’intensification de la biosécurité au niveau des exploitations porcines.

Le ministre Romain Schneider a tenu lors de cet échange de vue à souligner l’excellente collaboration entre les autorités luxembourgeoises, les autorités compétentes européennes, belges et françaises dans le but d’enrayer la propagation du virus à l’aide d’actions concertées.

Virus NON contagieux pour l’homme

Romain Schneider tient à rappeler que jusqu’à ce jour aucun cas de peste porcine africaine sur des sangliers a été détecté sur notre territoire. Le ministre rappelle également que le virus de la PPA affecte les sangliers et les porcs domestiques mais ne présente aucun risque pour l’homme même en cas de consommation de viande ou de produits de viande contaminés.

Le virus se propage de façon directe par contact entre les animaux ainsi que de façon indirecte via des déchets alimentaires contenant de la viande de porc. Par conséquent ces derniers doivent être éliminés de façon à ce que tout contact avec un sanglier ou un porc soit évité.

Comme il n’existe actuellement aucun vaccin contre cette maladie et qu’une introduction du virus dans le cheptel porcin aurait des conséquences économiques importantes pour le secteur, il est primordial de rester vigilant afin de réduire au maximum une extension de la maladie dans la population de sangliers ainsi que le risque d’une introduction du virus dans le cheptel porcin par des mesures de biosécurité renforcées.

A cet effet, le réseau de vigilance sanitaire reste en place et chaque découverte d’un cadavre de sanglier sans cause de mort évidente est à signaler au numéro de l'Administration de la nature et des forêts
tel. 40 22 01-666.

Pour avoir des informations supplémentaires, veuillez consulter le dossier sur notre portail : https://agriculture.public.lu/de/actualites/dossiers/2018/afrikanische-schweinepest.html

Dernière mise à jour