L’importance vitale de nos sols rappelée à l’aube de la journée mondiale des sols.

La bonne santé de nos sols est si importante.
©smaragd8/ iStock

Le 5 décembre, nous célébrons la journée mondiale des sols. Chaque année, c’est l’occasion de nous rappeler combien est important le sol sur lequel nous vivons : source de vie, d’alimentation, d’habitat et régulateur du climat.

Cette année, le thème "Empêchons l'érosion des sols, protégeons notre avenir" sensibilise sur l'importance du maintien d'écosystèmes sains pour le bien-être humain et aborde les défis croissants liés à la gestion des sols.

Alors que le sol est le capital le plus important de la production agricole, viticole et horticole, le ministre de l’Agriculture, Romain Schneider, estime que « l’enjeu des sols dans notre société moderne est énorme et sous-estimé. Les sols remplissent des fonctions multiples, essentielles à la vie telles que nourrir le monde, filtrer l’eau de pluie, participer aux grands cycles biogéochimiques, héberger la faune, supporter les bâtiments et infrastructures, être témoin de notre histoire et fournir des matières premières. Mais hélas, les sols sont une ressource limitée, peu renouvelable, convoitée pour de multiples usages parfois contraires. A l’heure où les discussions climatiques battent le plein, rappelons que le sol est le plus grand réservoir de carbone, après les océans. Pour préserver cet écosystème vivant, il faut viser une gestion durable. L’étude des sols est donc une des conditions indispensables pour pouvoir faire des choix judicieux en termes de gestion et d’occupation des sols. »

Le service pédologique de l’ASTA analyse le sol au profit de l’agriculture luxembourgeoise et en faveur d’autres domaines de pointe

Depuis plus de 50 ans, le Service de pédologie de l’Administration des services techniques de l’agriculture (ASTA) est l’acteur principal au Luxembourg en ce qui concerne la cartographie, l’étude, l’analyse et la classification des sols. Il analyse la fertilité et la composition des sols, émet des avis de fumure et établit les cartes pédologiques et thématiques du pays. Son rôle a été renforcé dans le programme gouvernemental 2018-2023 qui le promeut au rang de « Centre de compétence pour l’étude et la cartographie des sols en relation avec la qualité et les fonctions des sols liés à l’agriculture et à la forêt ».

Une cartographie des sols du Grand-Duché essentielle aux prises de décision stratégiques

Ce centre est aujourd’hui le gardien d’un savoir-faire unique en cartographie des sols, d’un laboratoire d’analyse des sols accrédité selon ISO 17025 et d’une banque de données permettant de faire face aux défis que l’agriculture, la viticulture, l’horticulture et la forêt rencontrent dans le cadre du changement climatique. Le laboratoire et la carte des sols sont donc des outils d’aide à la décision essentiels quand il s’agit de définir les axes de valorisation et de préservation de nos sols.

Le laboratoire des sols analyse chaque année 13.000 échantillons de terres agricoles, viticoles, horticoles et forestières prélevés à travers le Grand-Duché, de l’Oesling au Gutland. Concrètement, ces analyses de pointe montrent, par exemple, que l’activité agricole sur nos terres améliore la vitalité microbienne et la biodiversité des sols agricoles. Un deuxième exemple est une meilleure prévention de l’érosion : grâce à la cartographie des sols et à l’évaluation des risques que le Service de pédologie modélise, le ministère de l’Agriculture a pu optimiser les orientations de son Programme de développement rural. Ainsi, le plan actuel encourage les agriculteurs à participer aux mesures agri-environnementales ciblées, au travail du sol réduit et à la mise en place d’intercultures bénéfiques à la préservation des sols.

Dorénavant, le Service de pédologie concentrera également ses activités de recherche et de développement sur des sujets de pointe : le stockage du carbone organique dans nos sols qui régule le climat ; la rétention d’eau dans nos sols et les flux de l’eau ; la fertilité des terres ; le maintien de la biodiversité et la lutte contre l’érosion. Romain Schneider a conclu que la recherche et le développement d’expertises biologiques « vitales pour l’agriculture » figureront au cœur des priorités. Pour ceci, un deuxième, nouveau laboratoire d’écologie des sols ouvrira ses portes en septembre 2020 à Strassen. Celui-ci livrera des analyses complémentaires, plus pointues, sur la qualité biologique et bactérienne, et donc sur la santé des sols.

ASTA Service pédologique - 50 Joer Buedemkaart
Zum letzten Mal aktualisiert am