Le ministre Romain Schneider visite l’asile pour animaux régional à Dudelange

Le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, Romain Schneider, a visité l’asile pour animaux régional à Dudelange ce mercredi, 11.9.2019.

(de g. à dr.) Mme Cathy Mambourg (Service de l'Architecte, Ville de Dudelange), Dr. Felix Wildschutz (Directeur de l'Administration des Services Vétérinaires), M. René Manderscheid (2e échevin, Ville de Dudelange), M. Dan Biancalana (Bourgmestre de la Ville de Dudelange), SPAD asbl, M. Romain Schneider (Ministre de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural), SPAD asbl, Mme Nadine Glock (FG Architects)
© MA

Le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, Romain Schneider, a visité l’asile pour animaux régional à Dudelange ce mercredi, 11.09.2019 en présence de M. Dan Biancalana, Bourgmestre de la Ville de Dudelange.

Le ministre Romain Schneider et le dr Felix Wildschutz, Directeur de l’Administration des Services Vétérinaires, ont parcouru les infrastructures d’accueil actuelles où une cinquantaine de chiens et chats sont actuellement hébergés. Ensuite, ils se sont échangés avec les responsables de la Société pour la protection des animaux Dudelange SPAD a.s.b.l. sur les plans d’agrandissement et le nouveau terrain de jeu pour chiens qui sont prévus d’ici 2021.

Romain Schneider a souligné que « Force est de constater que les capacités d’accueil d’animaux ici, comme dans d’autres asiles du pays, sont saturées. Je salue et soutiens donc le projet d’agrandissement géré par l’a.s.b.l. Il faut accueillir les animaux de compagnie abandonnés, mais aussi trouver rapidement des familles d’accueil.

Le bien-être animal me tient personnellement à cœur, et il est ancré dans la nouvelle loi de protection pour les animaux, qui est une des plus exigeantes en Europe (https://deiereschutzgesetz.lu/).

A ce titre, j’aimerais rappeler que depuis l’année passée, il est obligatoire pour les propriétaires de chats de pucer leurs félins. La nouvelle obligation légale met sur un pied d’égalité le degré de protection des chats avec ceux des chiens de compagnie qui doivent être pucés depuis 2018 déjà. Les puces électroniques permettent d’identifier les propriétaires, et ainsi, un chat perdu retrouvera plus vite son maître. Ceci facilite aussi le travail des vétérinaires et des asiles.

Enfin, Romain Schneider a salué l’engagement de l’équipe professionnelle et des nombreux bénévoles au service des chats et chiens hébergés.

Zum letzten Mal aktualisiert am