Conseil «Agriculture et pêche» : assurer la continuité et la prévisibilité dans la gestion des exploitations agricoles

Lors du premier Conseil de cette année, la nouvelle présidence croate a présenté son programme de travail dans le domaine de l’agriculture et de la pêche.
Un point majeur durant les six mois à venir sera évidemment la réforme de la PAC et plus précisément les règles de transitions prévues, étant donné que l'état actuel des négociations sur la réforme de la PAC fait clairement apparaître que les nouveaux plans stratégiques ne pourront pas s'appliquer, comme prévu, à partir du 1er janvier 2021.
Aux yeux de Romain Schneider une période transitoire de deux ans semble réaliste. Le ministre de l’Agriculture a d’ailleurs précisé que le Luxembourg est en train de prendre des dispositions afin de pouvoir déposer les amendements nécessaires à la Chambre des députés. « Il est primordial de garantir de la continuité et de la prévisibilité dans la gestion des exploitations agricoles ».

 

©EUROPEAN UNION

« Green Deal » : intensifier les efforts en matière de recherche et d’innovation

Autre point important à l’ordre du jour était un échange de vues des ministres de l’Agriculture sur les aspects agricoles du « Pacte vert » qui a pour ambition de faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre au monde d’ici à 2050.

Pour Romain Schneider, il est important d’intensifier les efforts en matière de recherche et d’innovation afin de parvenir à une utilisation plus économe et responsable des ressources. Dans ce contexte, le ministre de l’Agriculture a encore insisté sur le fait qu’il était primordial d’allouer un budget à la PAC qui soit à la hauteur du niveau d’ambition demandé dans la réforme et découlant le cas échéant de la mise en œuvre du « pacte vert ».
De plus, comme le « Pacte vert » fait référence à un certain nombre d’initiatives et de stratégies à venir, notamment l’initiative « De la ferme à la table » , Romain Schneider a réitéré sa demande de procéder à une  certaine synchronisation des différentes initiatives et plans liés aux objectifs pour l’agriculture, aussi bien en ce qui concerne le timing, les définitions et le monitoring.

 

Bien-être animal : promouvoir une politique ambitieuse

Les ministres de l’Agriculture se sont également entretenus sur la mise en place éventuelle d’un système d’étiquetage européen certifiant le bien-être animal. Romain Schneider a saisi l’occasion pour préciser qu’au niveau national nous travaillons actuellement sur une législation horizontale sur les labels de qualité pour les produits agricoles, incluant déjà des critères de bien-être animal. Le ministre de l’Agriculture a par ailleurs souligné, que le Luxembourg figure parmi les Etats membres les plus protecteurs des droits des animaux.

En marge du Conseil, les Ministres ont reçu le secrétaire à l’agriculture des Etats-Unis, M. Sonny Perdue, pour un déjeuner de travail. Lors de cet échange informel, les sujets abordés se sont principalement concentrés sur les relations commerciales avec les Etats-Unis. Romain Schneider a précisé dans ce contexte, que les échanges des deux côtés de l’Atlantique doivent impérativement avoir lieu sur base d’un « level-playing-field » et se baser sur une certaine continuité et prévisibilité pour les acteurs.

 

 

©EUROPEAN UNION

Zum letzten Mal aktualisiert am