Journée mondiale météorologique : Compte chaque goutte, chaque goutte compte

La Journée météorologique mondiale fut créée par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) pour célébrer la mise en œuvre de la convention qui l'a créé le 23 mars 1950. Ce 23 mars 2020, la journée mondiale météorologique aura pour thème « Compte chaque goutte, chaque goutte compte ». (worldmetday.wmo.int)

En effet, d’après le secrétaire général de l’OMM, le monde est confronté aux défis croissants que posent le stress hydrique, les inondations et la sécheresse, ainsi que l’accès insuffisant à une eau salubre. Il faut, de toute urgence, améliorer la prévision, la surveillance et la gestion des approvisionnements en eau et s’attaquer aux problèmes relatifs à l’eau tel que l’excès, la pénurie et la pollution

 

Les stations météorologiques au service du secteur agricole et du grand public

L’agriculture est l’un des domaines les plus sensibles face au climat. Les sécheresses, qui sont des phénomènes climatiques à évolution lente, mais aussi les phénomènes de précipitation extrêmes, comme par exemple la grêle, peuvent avoir des répercussions importantes sur la quantité et la qualité des récoltes.

Depuis 1907, le service météorologique de l’Administration des Services Techniques de l’Agriculture (ASTA) mesure le niveau des précipitations dans le Grand-Duché. Le réseau de stations météorologique de l’ASTA compte actuellement 32 stations et est complété par 18 stations gérées par le service hydrométrique de l’Administration de la gestion de l’eau (AGE) et une station gérée par le département météorologique de l’Administration de la Navigation Aérienne (ANA, MeteoLux).

Le service météorologique de l’ASTA fournit également des informations sur les périodes de semence ou de récolte ainsi que des alertes relatives aux dangers potentiels comme l’arrivée de ravageurs ou de maladies.

Mesurer les tendances pluviométriques dans le temps et l’espace est d’autant plus vital qu’en dépit de sa petite taille, le Luxembourg présente un gradient pluviométrique important du nord-ouest du pays vers le sud-est. A titre d’exemple, des valeurs annuelles de 1055 l/m2 ont été observées à Arsdorf, contre 725 l/m2 seulement à Remich. Les analyses ont aussi confirmé que les phénomènes météorologiques extrêmes sont en augmentation et que, p.ex. le nombre de jours annuel moyen de pluies fortes a augmenté de 15 à 18 depuis 1951.

Toutes les données météorologiques ainsi que les prévisions continuent à être analysées et restent consultables en temps réel sur le site www.agrimeteo.lu.

 
Figure 1 : Répartition des sommes pluviométriques annuelles sur le territoire du Grand-Duché pour la normale 1981-2010 avec les valeurs enregistrées aux stations qui ont fonctionnées pendant ces 30 ans.
Figure 2 : Evolution des sommes annuelles de précipitation à Luxembourg-Ville (barres bleues) et les moyennes trentaines successives en rouge.

Zum letzten Mal aktualisiert am