Romain Schneider pour une PAC fidèle à ses objectifs, un soutien à la filière porcine et une législation pro-bien-être animal ambitieuse

Le ministre Romain Schneider a participé au Conseil « Agriculture et Pêche » ce lundi, 13 décembre 2021 à Bruxelles

Les ministres ont fait le point sur la mise en œuvre des plans stratégiques nationaux pour la politique agricole commune qui doivent être soumis à la Commission européenne pour le 1er janvier 2022. Romain Schneider a ré-exprimé ses réserves quant aux dernières évolutions des textes relatifs aux actes d’exécution: « Nous nous éloignons de nos objectifs de base, à savoir une orientation vers la performance et les besoins au niveau des Etats membres, le principe de la subsidiarité, et la simplification. »

Les ministres ont aussi échangé sur les pratiques commerciales déloyales au sein de la chaîne d'approvisionnement alimentaire qui portent atteinte aux règles de conduite commerciale, dont Luxembourg a transposé la directive afférente (2019/633). Romain Schneider a proposé que la Commission suive d’une manière très attentive les conséquences de la mise en œuvre de cette directive, notamment sur la libre circulation des marchandises et sur le marché intérieur.

La hausse des prix de l’énergie et des engrais qui pèse sur presque tous les secteurs de l’agriculture inquiète les Etats membres. Romain Schneider a soulevé que cette hausse exerce une pression supplémentaire à celle liée au COVID-19 sur les agriculteurs, en particulier sur la filière porcine déjà fragilisée par la baisse des prix au producteur. Romain Schneider a réitéré son appel au Commissaire d’explorer toutes les voies possibles pour soutenir le secteur.

Comment assurer l'approvisionnement et la sécurité alimentaire de l’Union européenne en temps de crise ? Les ministres ont fait le point sur les conclusions du Conseil sur le plan d’intervention présenté par la Commission européenne. Romain Schneider a remercié les agriculteurs pour leur efficacité et leur engagement en temps de crise, et a souligné que le maintien du marché intérieur et de la libre circulation des personnes sont primordiales.

Enfin, la législation européenne sur le bien-être animal devant être revisitée, les ministres ont échangé sur une approche commune visant à réduire le nombre de fractures du bréchet chez les poules pondeuses. Romain Schneider a souligné qu’au Luxembourg, de tels problèmes n’ont pas été constatés, et qu’ils seraient de toute façon contraire à la législation nationale sur la protection des animaux. Le ministre plaide aussi en faveur d’une introduction de la sélection génétique des animaux en harmonie avec le bien-être animal dans la législation européenne.

S’agissant du dernier Conseil « Agriculture et Pêche » auquel Romain Schneider a participé avant son départ à la retraite politique, le Conseil a remercié le Ministre luxembourgeois pour son engagement continu et apprécié au sein du Conseil des ministres européens de l’Agriculture.

Zum letzten Mal aktualisiert am