Réunion informelle des ministres de l’agriculture européens : Romain Schneider préoccupé par la crise du secteur porcin

Réunion-informelle-des-ministres-de-agriculture-européens
Réunion informelle des ministres de l’agriculture européens
© Mario Salerno

Romain Schneider, ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, a participé aujourd’hui à la visioconférence de la réunion informelle des ministres de l’Agriculture européens.
 

A cette occasion, la nouvelle présidence portugaise présidée par Maria do Céu Antunes et Ricardo Serrão Santos, ministres de l’Agriculture et de la Pêche, a présenté son programme de travail. Parmi leurs objectifs figurent e.a. l’aboutissement de la réforme de la politique agricole, réagir à la crise de la pandémie de Covid-19 et de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, la mise en œuvre du pacte vert dans les domaines de la sécurité alimentaire, de la santé et du bien-être des animaux, et stimuler l’innovation au service de la résilience et de la durabilité du secteur agricole.

 

Lors d’un échange de vues sur les accords commerciaux et agricoles avec les pays tiers, Romain Schneider a plaidé pour « des accords équitables et équilibrés, qui ne défavorisent pas les producteurs européens, et qui respectent les critères du développement durable de l’accord de Paris et du pacte vert ».


En effet, toutes les négociations commerciales actuelles et futures ont des conséquences économiques considérables sur le secteur agricole européen. Leurs effets ont été analysés par la toute récente étude du Centre Commun de Recherche de l’Union et la Commission européenne. Face à l’importance de cette étude, Romain Schneider a demandé un temps d’analyse plus adéquat au sein du Conseil.

 

Les ministres se sont ensuite penchés sur l’état d’avancement de la réforme de la politique agricole commune (PAC). Romain Schneider a rappelé les priorités luxembourgeoises : « La nouvelle politique agricole devra respecter les principes de la subsidiarité, d’une approche basée sur les besoins identifiés et d’une approche basée sur le modèle de performance. Par ailleurs, il faut aussi simplifier la PAC, en commençant par ses textes de base. »

 

Enfin, les ministres se sont échangés sur la crise du secteur porcin européen, très préoccupante aux yeux du ministre de l’agriculture luxembourgeois. Romain Schneider a souligné qu’au Grand-Duché, « des analyses et pourparlers sont actuellement en cours afin d’évaluer sous quelle forme et selon quels critères et modalités, nous pouvons au mieux soutenir ce secteur en difficulté ! ». En parallèle, Romain Schneider a aussi plaidé pour une analyse de la situation et des perspectives de développement du secteur porcin au niveau européen, et une aide concertée à l’échelle de la gravité de la situation.

Zum letzten Mal aktualisiert am