Romain Schneider à la Conférence des ministres du Forum mondial pour l’alimentation et l’agriculture

romain-schneider-forum-mondial-alimentation-agriculture
Romain Schneider à la Conférence des ministres du Forum mondial pour l’alimentation et l’agriculture
©GFFA

Romain Schneider, ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, a participé ce vendredi, 22 janvier 2021 à la visioconférence des ministres de l’agriculture, qui était le point d’orgue du 13e Forum mondial pour l’alimentation et l’agriculture (GFFA) de Berlin.

La conférence de haut niveau a réuni les directeurs du World Food Program, de la Food and Agriculture Organization et de la World Health Organization, le Commissaire européen à l’agriculture et la sécurité alimentaire Janusz Wojciechowski et plus de 90 ministres de l’agriculture du monde entier, autour du sujet « Comment nourrir le monde à l’heure des pandémies et du changement climatique ? ».

Les participants ont exposé les possibilités d’assurer durablement la sécurité alimentaire mondiale malgré les pandémies et le changement climatique.

 

Lors de son intervention, Romain Schneider a souligné que la pandémie du Covid-19 a mis en exergue l’importance d’une meilleure coopération internationale en matière de santé humaine et animale.

Le ministre a partagé sa vision sur une meilleure prévention de pandémies et de zoonoses grâce à une approche « One Health » holistique. La prévention passera par un développement rural durable, la protection de l’environnement, un meilleur échange d’informations sur la santé animale et humaine, ainsi que le soutien des pays dont les standards bio-sécuritaires sont fragiles.

D’après Romain Schneider, les risques de maladies transmissibles émanant d’animaux sauvages doivent être minimisés à travers la lutte contre la déforestation et le braquage d’animaux sauvages, la restauration des écosystèmes, la recherche et le monitoring.

La promotion de standards de sécurité élevés à travers toute la chaîne du système alimentaire sera vitale dans la prévention de pandémies. Il faudra donc converger sur des standards de biosécurité communs pour l’élevage d’animaux et renforcer les dispositifs vétérinaires dans chaque pays.

 

Le résultat des diverses discussions a été consigné dans une déclaration finale commune qui servira de base à d’autres discussions internationales sur l’agriculture.

Zum letzten Mal aktualisiert am