Romain Schneider en faveur de plus de bien-être animal au Conseil « Agriculture et Pêche »

conseil-agriculture-peche-romain-schneider-19-juillet
©European Union

Romain Schneider a participé au Conseil « Agriculture et Pêche » ce lundi, 19 juillet 2021 à Bruxelles. La nouvelle présidence slovène a présenté son programme de travail qui durera jusqu'au 31 décembre, et qui devra finaliser les travaux sur la réforme de la PAC 2023-2027.

Les ministres ont ensuite échangé sur le plan d'action de l'UE en faveur de la production agricole biologique, dont le but est de consacrer au moins 25 % des terres agricoles européennes à l'agriculture biologique d'ici à 2030, un objectif partagé par le Luxembourg dans le cadre de son plan d’action PAN-Bio 2025. Selon Romain Schneider, il est primordial de stimuler la demande de produits biologiques et de sensibiliser les consommateurs.

Les ministres européens de l’Agriculture ont discuté des inondations récentes qui ont placé le Grand-Duché, l’Allemagne de l’ouest, et la Belgique en état de catastrophe naturelle, et dont les dégâts et impacts sur l’agriculture sont considérables. Lors d’un débat organisé en présence du Secrétaire des Etats-Unis, Romain Schneider a souligné que les récents évènements climatiques montrent une fois de plus que la lutte contre le changement climatique et la transition vers des systèmes alimentaires durables requièrent une réponse multilatérale concertée et solidaire, notamment au niveau de la recherche et de l’innovation.

Lors des discussions liées au commerce de denrées alimentaires avec les pays tiers, Romain Schneider a également plaidé pour des accords commerciaux équitables, équilibrés et respectueux des critères du développement durable fixés dans l’Accord de Paris afin de ne pas défavoriser les producteurs européens. Analyser les systèmes alimentaires selon leur degré de durabilité lors des négociations d’Accords de Libre Echange serait « une initiative dans la bonne direction ».

Les ministres se sont également concertés sur trois questions liées au bien-être animal : l'initiative citoyenne européenne "End the Cage Age" contre l’élevage en cages de poules pondeuses, l’harmonisation de pratiques d’élevage plus dignes pour les dindes, et l’interdiction des pratiques de mise à mort des poussins mâles qui existe dans les élevages industriels, pratique déjà interdite par la loi luxembourgeoise sur la protection des animaux du 27 juin 2018.

Romain Schneider a rappelé que le Luxembourg soutient toutes les initiatives visant un niveau plus élevé de protection des animaux: « Le moment est venu de réviser la législation européenne, notamment dans le cadre de la stratégie « de la ferme à la fourchette », voire d’aligner les critères de bien-être animal sur des systèmes d’élevages plus respectueux, comme par exemple ceux de l’agriculture biologique. »

Zum letzten Mal aktualisiert am