Les recommandations de l’Administration des services vétérinaires face au virus équin EHV-1

Depuis quelques jours, de nombreux cas du virus équin EHV-1 sont recensés en Europe, entraînant de nombreuses annulations de concours. Bien qu’il n’y ait pas d’obligation de déclaration, un cas d’infection par ce virus détecté à Luxembourg a été rapporté à l’Administration des services vétérinaires (ASV).

Face aux inquiétudes, l’Administration des services vétérinaires souligne que ce virus n’est pas transmissible des équidés à l’homme. La maladie de la rhinopneumonie virale équine existe sous plusieurs formes dont la forme nerveuse est la plus dangereuse. Celle-ci est causée par un herpès virus qui se transmet de façon directe ou indirecte par contact entre les chevaux. Fortement contagieux et pouvant subsister à l'état latent dans l'organisme, ce virus représente un risque sanitaire important. La vaccination permet d’éviter les formes graves de cette maladie.

En cas de suspicion de la maladie ou de confirmation ce cette dernière il revient au détenteur du cheval de prendre les mesures en concertation avec son vétérinaire traitant afin d’éviter que le virus ne se transmet à d’autres chevaux de l’écurie ou du manège.

Ces recommandations ont par ailleurs été communiquées début mars par l’Administration des services vétérinaires en collaboration avec la Fédération Luxembourgeoise des Sports Equestre.

Zum letzten Mal aktualisiert am