Claude Haagen pour un juste équilibre entre économie et écologie au Conseil « Agriculture et Pêche »

Cem ÖZDEMIR et Claude HAAGEN au Conseil Agriculture et Pêche
©European Union

Claude Haagen, le nouveau ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, a participé à son premier Conseil « Agriculture et Pêche » ce lundi, 17 janvier 2022 à Bruxelles.

 

Le ministre français Julien Denormandie a présenté les priorités de sa présidence dans le domaine de l'agriculture, à savoir des normes réciproques pour les produits de l'UE et ceux des pays tiers, l'agriculture à faibles émissions de carbone et la séquestration du carbone dans les sols agricoles, et la réduction de l'utilisation des pesticides. Claude Haagen a assuré y apporter le soutien du Luxembourg.

 

Maintenir des cycles de carbone durables dans l’agriculture est une ambition importante que les ministres européens de l’Agriculture partagent. L’agriculture joue un rôle primordial dans la fixation et le stockage de carbone, et ceci est d’autant plus pertinent pour le Luxembourg dont les prairies permanentes représentent plus de la moitié de sa surface agricole utile. Claude Haagen a pointé qu’il faut garder un juste équilibre entre économie et écologie. « Le premier rôle de notre agriculture nourricière est d’assurer la sécurité alimentaire. Ce rôle doit figurer à pied d’égalité avec des objectifs climatiques pour permettre aux agriculteurs de produire suffisamment d’aliments ! Il faut aussi reconnaitre les efforts des agriculteurs en matière de stockage de carbone au cours des années, notamment par le biais des programmes agro-environnementaux, la méthodologie de calcul doit donc être revue. Enfin, il faut une cohérence plus claire entre les stratégies carbone et du sol, le pacte vert ainsi que la nouvelle PAC d’une part, et les règlementations en place d’autre part. »

 

Au niveau du commerce des produits agricoles, Claude Haagen a rappelé que les accords avec les pays tiers doivent être équitables, équilibrés et respectueux des critères du développement durable pour ne pas défavoriser les producteurs de l’Union. Les négociations de libre-échange doivent viser la réciprocité des normes appliquées. Quant à l’évolution du marché des produits agricoles, celle-ci est fort nuancée. Au Luxembourg, l’augmentation des coûts de production frappe particulièrement le secteur de l’élevage et les producteurs de cultures arables. Les prix à la consommation augmentent alors que les prix touchés par les producteurs ne suivent pas la même tendance. Certaines exploitations porcines risquent d’abandonner la production. Claude Haagen a réitéré l’appel lancé en 2021 par Romain Schneider au Commissaire d’explorer toutes les voies possibles pour soutenir le secteur.

Zum letzten Mal aktualisiert am